Accueil Rezki.net

" Ils peuvent nous oter la vie... Mais ils ne nous oteront jamais notre liberté. " William Wallace - Braveheart

Accueil > Brèves > Une marche du MAK empêchée par la police

Une marche du MAK empêchée par la police

vendredi 13 janvier 2012, par Nadia Mechiche

Dans nos brèves d’aujourd’hui nous parlons de la célébration du Nouvel an berbère, notamment d’une marche autonomiste entravée par les forces de l’ordre à Tizi Ouzou, mais aussi d’un repas donné par les autorités qui a été boudé par la population et de la répression dans une ville du Sahara algérien.

Le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie (MAK) avait prévu une manifestation à l’occasion du Nouvel an berbère (Yennayer) ce 12 janvier. Le défilé devait partir à onze heures de l’université Mouloud Mammeri en direction de la place de la vieille mairie. Mais durant la matinée les forces de l’ordre se sont déployées aux abords du portail universitaires pour empêcher le cortège de démarrer. Plusieurs titres de la presse algériennes rapportent l’événement. « Le MAK n’est pas tombé dans son piège. Le pouvoir tente à travers ses provocations d’entraîner notre mouvement dans la violence pour ternir l’image du GPK vis à vis de la communauté internationale » a déclaré Bouaziz Ait Chebib, président du mouvement selon l’agence autonomiste Siwel.

La marche prévue était la troisième de ce genre, elle avait pour mots d’ordre la revendication d’une autodétermination pour l’autonomie kabyle et la solidarité avec les Berbères de Libye en opposition avec le Conseil national de solidarité.

Morosité ambiante

Ce même 12 janvier la Maison de la culture de Tizi Ouzou a offert un repas à base de couscous au poulet, le repas traditionnel du Nouvel an berbère. Kabylienews relève que seuls quelques dizaines de personnes sont venues au rendez-vous. Le site parle de « morosité » pour décrire l’ambiance.

Laghouat, après le bâton, la carotte

Dans le Sahara algérien, la ville de Laghouat a été le théâtre d’un mouvement de protestation contre les méthodes d’attribution des logements par les autorités. Ces évenements illustrent la manière dont les responsables locaux gèrent les tensions sociales. Le 10 janvier, la police a bouclé la ville et utilisé la force pour disperser les rassemblements et arrêté des dizaines de personnes. Le lendemain, les autorités ont annoncé la libération des manifestants interpellés et annoncé des mesures pour disent-elles rendre plus juste l’attribution des logements. DNA Algérie cite le document officiel signé par le préfet. Reste à savoir si la population se contentera de ces annonces.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.