rezki.net

Accueil > Politique > Une journée autour de Mohamed Haroun à Taferka

Une journée autour de Mohamed Haroun à Taferka

jeudi 21 mai 2009, par Rezki Mammar

Dans la famille Haroun, on lutte de père en fils. Le père a pris les armes contre la France et a été tué pendant la guerre d’Algérie. Le fils a combattu le régime du parti unique et revendique la langue berbère (tamazight). Militant, Mohamed Haroun est l’un des acteurs de l’affaire des poseurs de bombes de 1976. Un groupe de Kabyles avait déposé des engins explosifs contre des symboles de l’Etat. Arrêtés, Haroun et ses camarades sont emprisonnés et torturés tandis que les autorités profitent de l’affaire pour lancer une campagne contre le mouvement. L’association Taferka invite des témoins du parcours de ce militant à l’occasion du treizième anniversaire de sa mort.

Le 23 mai prochain, l’association Taferka s’apprête à rendre hommage à l’une des figures les plus connues du berbérisme. Le parcours militant de Mohamed Haroun a duré plusieurs décennies, mais il est surtout connu pour avoir été l’un des poseurs de bombes condamnés en 1976. Le 5 janvier de cette année, Haroun est arrêté par la Sécurité militaire pour avoir déposé une bombe contre le tribunal militaire de Constantine, une ville proche de l’est de la Kabylie. L’engin a été désamorcé, mais d’autres ont été placé ailleurs : l’une au tribunal d’Oran par Smaïl Medjeber, une autre au journal El Moudjahid à Alger. Cette opération visait tous les symboles de l’Etat algérien.

Le 2 mars, le tribunal de Medéa condamne les poseurs de bombes, certains à la peine capitale, d’autres à perpétuité, d’autres encore à dix ou vingt ans ferme. Les détenus sont torturés et une répression s’abat sur le mouvement berbère pendant que les autorités lancent une campagne de diabolisation contre les berbéristes. En réalité, la contestation est allé en augmentant, jusqu’au fameux Printemps berbère de 1980.
Pour évoquer Mohamed Haroun, Taferka a invité ses compagnons de lutte, Smaïl Medjeber et Youcef Allioui, ainsi que Masin Ferkal, président de Tamazgha. La rencontre commence à 15h00 avec les intervenants, puis se poursuit avec un débat et une soirée musicale.

Mohamed Haroun se faisait appeler Masin, il est né en 1949 à ifri, près d’Akbou à l’est de la Kabylie, il est mort le 22 mai 1996. Cette rencontre marque donc le treizième anniversaire de cette disparition.

Association Taferka 49 bis avenue de la résistance à Montreuil (métro Croix de Chavaux)

Messages

  • Jer félicite cette association qui honore..

    Nous devons honorer nos combattants morts pour vivants pour leur bravoure et leur combat pour la liberté et l’amour de leur langue.

    Gloire à nos héros !!

  • Je salue bien bas cette initiative et me joins, par la pensée, à cet hommage. Il est réjouissant de constater qu’il arrive, comme c’est le cas cette fois-ci, que l’on honore la mémoire de quelqu’un qui l’a mérité en refusant toute sa vie de militant les honneurs et les lauriers pour se consacrer avec un courage et un désintéressement exemplaires à la défense de ses idées. Bon sang ne peut trahir dit le proverbe ! Il ne pouvait pas, lui fils de combattant tombé au champ d’honneur, ne pas s’insurger contre les injustices et le déni identitaire infligés au peuple kabyle. Il a combattu l’un des régimes les plus tyranniques avec ce courage surnaturel propre aux désespérés. Il était conscient de ce qui l’attendait - qui n’avait pas entendu parler des atrocités de la sécurité militaire de l’époque ?- mais il y est allé quand même convaincu que sa « petite » action allait enfanter un mouvement irréversible vers la libération des geôles de l’Histoire de la culture et de l’identité berbères. Il avait raison car quatre ans plus tard le printemps berbère arriva avec sa suite d’acquis arrachés tous par des jeunes comme lui, armés de leur seule détermination à faire triompher la cause de leur identité, et pour certains fils de combattants comme lui. Mohamed Haroun contredit la formule de Mr Bessaoud (des petites gens pour une grande cause) car il était grand, à la hauteur de la cause pour laquelle il s’est sacrifié. Paix à son âme.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.