rezki.net

Accueil > Culture > Une conférence sur Fatma N’Soumeur

Une conférence sur Fatma N’Soumeur

jeudi 18 mai 2006, par Rezki Mammar

On la surnomme parfois la " Jeanne d’Arc du Djurdjura ". Fatma N’Soumeur est la principale figure de la résistance de la Kabylie face à l’armée française à partir de 1850. Peu d’historiens algériens ont écrit sur cette femme. En revanche, les textes français ont présenté le personnage sous l’angle religieux. Ce serait oublier les nombreuses facettes de Fatma : une jeune femme instruite (chose rare en Afrique du Nord à cette époque), révoltée contre la société kabyle, refusant d’être mariée de force à son cousin, avant de devenir une figure de la réststance face à l’envahisseur. Une conférence tente de lever le voile sur un personnage incontournable de l’Afrique du Nord.

Mohamed Harouz est enseignant dans le secondaire. Il s’intéresse également à l’histoire algérienne et intervient lors de conférences et d’émissions pour évoquer la colonisation, la guerre d’indépendance et le mouvement nationaliste. Sa prochaine conférence a lieu au Cerak le 21 mai, elle a pour thème le combat de Fatma N’Soumeur pendant la période coloniale française. Le conférencier a répondu à quelques questions de Rezki.net.

Fatma N’Soumeur, c’est son vrai nom ?
Certains l’appellent aussi Lalla Fatma N’Soumeur. Elle est originaire de Werdja, un village d’Ain El Hammam. Le jour où son père a pris une école coranique à cinq kilomètres d’Aïn El Hammam, à Ifarhunen, elle s’y est installée. C’est depuis que date le nom de Fatma N’Soumeur. C’est tout ce que j’ai appris de mes lectures. Peu d’auteurs ont écrit sur le sujet. On dispose surtout de textes français, donc des colonisateurs. Peu d’auteurs algériens se sont penchés sur cette femme. C’est tout ce que je peux dire de ce nom.

Elle est précisément kabyle, algérienne ?
Moi je dirais kabyle. Elle s’est battue pour la liberté des Kabyles, essentiellement des At Iraten (At Yiraten). Mais à une époque où l’Algérie faisait partie de l’empire français, je peux dire que contrairement à d’autres, elle ne s’est pas battue pour la seule Kabylie, mais pour toute l’Algérie. Il faut dire qu’elle a rencontré d’un personnage qui vernait de l’Ouest, un lieutenant de l’émir Abdelkader qui a signé la réddition en 1847. Certains ont même affirmé qu’il l’a demandé en mariage. Il est mort à Tazmalt : ce personnage, on l’appelle Boubaghla. Il avait pour surnom " l’homme à la mule " (il était toujours accompagné d’une mule).

La conférence aura pour thème la lutte de Fatma N’Soumeur contre l’avancée des troupes françaises.
Je voudrais placer la lutte dans un contexte différent. Jean Desjeux et d’autres nombreux autres auteurs ont tenté de récupérer Fatma N’Soumeur en en parlant uniquement sous l’angle religieux. Je voudrais revenir sur son combat pour les libertés, c’est à dire contre la soumission de la femme. Avant même la révolte de 1871 contre la France, Fatma N’Soumeur s’est rebellée contre ses propres frères qui voulaient la marier contre son gré à un de ses cousins du côté maternel (Yahia Nat Ikhulaf, d’un village d’à côté : Aaskar près de Michelet).
(Ceci est un extrait d’un entretien avec Mohamed Harouz, à paraître prochainement sur notre site.)

Le combat de Fatma N Soumeur durant la période coloniale française
Une conférence du Cerak
Dimanche 21 mai 2006 à 16h00
Maison des associations de Paris 12e
181, avenue Daumesnil, Paris Métro : Daumesnil

Messages

  • monsieur,revoyez vos cours

  • je vous informe que le nom de famille de Fadhma est SID-AHMED et que SOUMEUR n’est que son village, c’est une femme d’origine marabout.
    Elle est morte en captivité à El-Aissaouia, wilaya de medea
    Un descendant de Lala Fadhma Nsoumeur

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.