rezki.net

Accueil > Culture > Un colloque sur Matoub Lounès à Paris

Un colloque sur Matoub Lounès à Paris

mardi 21 juin 2005, par Rezki Mammar

A deux pas du Panthéon, tout près de Hugo et Voltaire, un colloque a été organisé ce 18 juin sur l’oeuvre de Matoub Lounès, dans les locaux de la Sorbonne rue de L’Estrapade. Au programme : des documentaires, parfois inédits sur l’artiste, l’intervention de plusieurs chercheurs et une surprise : la participation du chanteur Takfarinas.

Yalla Sedikki est l’auteur d’un ouvrage dans lequel il présente et traduit des textes de Matoub Lounès sous le titre Mon nom est combat. Il a organisé et présenté le colloque consacré à un chanteur devenu une légende en Kabylie et même en dehors de cette région.
La rencontre a été ponctuée par la diffusion de documentaires sur l’artiste : une archive vidéo de 1982, le clip d’une chanson inédite, un montage vidéo de différents passages de Lounès Matoub à la télévision française et un reportage tourné en 1996 par la BBC et intitulé Le Rebelle.

" Pourquoi publier Lounès Matoub "

François Gèze, directeur général des Editions La Découverte ouvre le bal, lui qui a publié le recueil Mon nom est combat. L’éditeur rappelle que son travail s’inscrit dans la démarche entreprise par son prédécesseur François Maspero. Une démarche marquée par un intérêt pour l’Algérie en général et pour la Kabylie en particulier, notamment avec la publication de l’oeuvre de Taos Amrouche dès les années 60, puis de Mammeri. " Il était important de faire sortir cette culture de l’instrumentalisais coloniale dont elle avait fait l’objet " a explique François Gèze. Une Kabylie punie pour s’être révoltée contre la France en 1871, une culture ignorée mais qui a réussi à durer. La culture classique d’un auteur comme Mouloud Mammeri a permis de reformuler et de se réapproprier la culture berbère. C’est cette réappropriation qui se prolonge avec la publication et la promotion de l’œuvre de Matoub.

" Matoub : émancipateur de la Kabylie "

C’est ensuite le tour de Maxime Aït-Kaki, docteur en sciences politiques, auteur de De la question berbère au dilemme kabyle à l’aube du XXIème siècle (l’Harmattan), une analyse du mouvement culturel berbère depuis sa naissance. Maxime Aït-Kaki développe trois points : le premier sur la difficulté voire l’impossibilité de parler de l’œuvre de Lounès Matoub, puis une deuxième partie consacrée à la tension entre sa vie et son oeuvre. La troisième partie a tenté de mettre en évidence Lounès Matoub comme étant le fil conducteur de la mouvance nationalitaire kabyle.

Matoub en musique avec Takfarinas

Camille Lacoste-Dujardin, anthropologue et directrice de recherches au CNRS, nous plonge au coeur des textes de Matoub.
Yalla Sedikki a voulu créer la surprise en invitant le chanteur Takfarinas à venir interpréter quelques textes dans le cadre du colloque. Le chanteur est au rendez-vous et comme l’heure tourne, Yalla en est quitte pour une lecture rapide d’un court extrait de ce qu’il avait préparé à savoir Conscience tragique, esthétique et politique chez Lounès Matoub.
Takfarinas interprète enfin une demie douzaine de titre dont Daawessu, devant un public qui connait les textes par cœur. Le colloque se termine comme un concert.

Messages

  • je veux simplement savoir si vous pouvez me donner des liens ou je peux telecharger des clips et des videos de Matoub lounes à l’adresse suivante : poisson3332002@yahoo.fr MERCI D’AVANCE

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.