rezki.net

Accueil > A Propos > Rezki.net a quatre ans : interrogation écrite

Rezki.net a quatre ans : interrogation écrite

samedi 22 décembre 2007, par Rezki Mammar

Né en 2003 sous la forme d’une « page perso », puis doté d’un nom de domaine à la fin de la même année, Rezki.net a évolué progressivement vers l’actualité des Berbères en Afrique du Nord et dans l’immigration. En 2006, les informations de Rezki.net sont reprises sur Internet par des sites et des forums. Publier l’actualité, c’est relater les faits avec précision. Je n’ai pas pour habitude de parler à la première personne. Anniversaire oblige, je vais faire une exception pour raconter l’origine de Rezki.net et l’objectif recherché.

La période page perso

Le 2 juin 2003 précisément paraît une page perso qui est à l’origine de Rezki.net. A l’époque, le but était de lister des articles que j’avais écrit dans la presse, bref une sorte de CV en ligne. Dans ce bric à brac de date et de titres, on trouve aussi une rubrique « Kabylie » dont je ne sais pas trop quoi faire à ce moment là. Ces pages existent encore sur le net à l’abri des regards indicrets.
Quelques mois plus tard, le 21 décembre, le site reçoit un nom de domaine : Rezki.net c’est à dire mon prénom.
A la même époque, j’entre à Berbère Télévision comme chroniqueur dans une émission intitulée Le Divan berbère, créée par un type très intéressant, Saïd Benchaba. Lui et moi sommes d’accord sur aux moins un constat : les Berbères méritent qu’on leur parle intelligemment. A l’antenne, on parle des rapports entre les hommes et les femmes, de l’économie, de fracture numérique et pas de folklore. Cette collaboration a duré un an et demi.

La traversée du désert

Rezki.net reste en sommeil pendant toute l’année 2004 : le site a connu des interruptions dans le temps, à cause des ennuis techniques liés à l’hébergeur de l’époque.
Pour les téléspectateurs, je mets en ligne avec Saïd benchaba un autre site : Divanberbere.com.
La mise à jour de Rezki.net devient plus régulière à partir de 2005. Le site parle des thèmes abordées dans les émissions et met en ligne une revue de presse. Techniquement, il devient possible de publier des commentaires sous les articles. En novembre, après deux tests infructueux, je décide de mettre en ligne des fichiers à écouter. C’est aussi le début d’une collaboration à un autre site, Kabyles.com.

Des articles et du son

En 2006, Rezki.net repart presque à zero à la suite d’un nouveau plantage. A partir de là, le site possède une rubrique Radio, dans laquelle sont publiés intégralement les entretiens menés pour Vox Populi. D’autres émissions spécifiquement kabyles voient le jour à partir de juin.
Beaucoup de sites commencent à citer Rezki.net, Kabyles.com, Kabylienews, puis Afrique du Nord, Souss.com, Aamazighworld.org et des blogs.
Un mot sur l’audience : 150 visites uniques quotidiennes en janvier 2007, ce chiffre atteint 305 en novembre et probablement 360 visites par jour ce mois de décembre (en prévision de 11 000 visites uniques sur le mois selon l’outil Awstats).

Parlons maintenant de l’objectif du site. Rezki.net est-il militant ? Forcément, puisqu’il est consacré à un thème occulté dans les médias traditionnels.
A notre époque, l’anglais triomphe, le français tente de tenir son rang, le chinois et l’arabe s’enseignent partout, mais le berbère est perçu comme une langue honteuse, combattue en Afrique du Nord et privé de toute visibilité dans l’immigration.
Par les temps qui courent, se dire berbère ou plus précisément kabyle, c’est s’exposer à toutes sortes de récriminations du style « Mais nous sommes tous des Algériens ! », « Arrêtez de nous diviser ». Voici un exemple : Un jour de mai 2004, en nous rendant à l’Assemblée nationale avec une caméra de Berbère Télévision portant le logo de la chaîne, nous avons entendu un vieux membre du FLN grommeler contre notre équipe : « Mais vous voulez la guerre, vous voulez un nouveau Kurdistan ? ». Les propos de ce monsieur n’ont pas choqué les trois ou quatre passants qui les ont entendus, Pour cause, personne n’a compris de quoi il parlait. On est dans l’ombre et on n’en sortira qu’au bout d’une longue bagarre (une bagarre intellectuelle bien entendu).

Une information non déformée

Rezki.net milite, mais à sa façon. L’engagement tient dans le choix des sujets et dans la vérification de l’information, pour le reste il n’est pas question d’enjoliver la réalité ni de tricher avec les faits. Récemment, un grand site berbère a censuré des photos de manifestants marocains, tout simplement pour ne pas montrer les banderoles écrites en arabe (ils avaient écrit en berbère et en arabe). Peu importe le nom du média, ils ont fait ce choix et je le respecte. Il faut juste rappeler que l’autocensure est une forme de soumission comme les autres. Rezki.net prend position, mais il le fait sans mentir.
Récemment encore, des lecteurs m’ont reproché d’avoir filmé des manifestants étudiants en train de brandir le drapeau algérien. Où est le mal ? Je transmets une information, pas des images de propagande.
Si les Berbères (et parmi eux les Kabyles) se trouvent dans une situation d’infériorité politique et linguistique, c’est aussi à cause de leurs contradictions. Pourquoi cacher ces contradictions ? Le seul moyen de les dépasser, c’est de donner la parole à ceux qui en sont privé, même s’ils ne sont pas d’accord entre eux. Les points de vue, même opposés permettront aux lecteurs de bâtir leur propre opinion, librement.

Messages

  • Bon anniversaire alors. Et Afud igerrzen mon frère.
    Aseggwas ameggaz ausi
    amitiès
    lhu

    • Azul Rezki,

      Di tazwara, a k-inigh : ruh anda k’sawdhen ifaden-ik !

      Seul, avec peu de moyens, loin du racollage médiatique si cher aux sites kabyles et de la recherche d’audimat à tout prix, tu as su bâtir un site, le seul, qui s’approche un tant soit peu d’un certain idéal de média kabyle d’information professionnel.

      Une façon simple, mais professionnelle, de présenter l’information relative au monde amazigh et kabyle, une éthique indéniable, des sujets divers ancrés dans la réalité de leur environnement, voilà quelques-unes de tes « vertus ».

      Tu dénotes dans le paysage Internet kabyle et amazigh. Certes, tu ne dois pas faire « la côte d’écoute » des autres sites kabyles. Mais tu n’as pas l’empressement des commerçants, ni l’aveuglement des bigotes.

      Continue de nous montrer tels que nous sommes, sans parti-pris politique, ni prisme idéologique déformant. C’est à ce prix que nous avancerons.

      Un jour, peut-être, trouveras-tu ta voix pour incarner un vrai média kabyle d’information.

      Enfin, je te dirai, pour paraphraser Camus, que tu n’es pas engagé, mais embarqué. Bon vent !

      Louisa

    • Tanemmirt a Louisa seg ul.
      Merci particulièrement pour l’adjectif « embarqué ». je ne l’oublierai pas.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.