rezki.net

Accueil > Politique > Que devient la contestation marocaine un an après ?

Que devient la contestation marocaine un an après ?

jeudi 12 janvier 2012, par Rezki Mammar

Le 22 janvier prochain le Mouvement du 20 février invite trois universitaires à se pencher sur onze mois d’actualité politique marocaine marqués par des manifestations soutenues et des manœuvres politiques du côté du régime.

Dans la foulée des manifestation en Tunisie et en Egypte, une contestation s’est mise en place début 2011 au Maroc autour de mots d’ordre communs démocratiques. Des militants de gauche, des berbéristes et des islamistes ont cohabité au sein du Mouvement du 20 février pour multiplier les manifestations. En quelques mois le régime a reprend les choses en main et barrer la route à la rue. Le roi propose des réformes, notamment une officialisation en demie teinte du berbère. Ces changements sont adoptés par référendum en juin alors que le Mouvement du 20 février appelait au boycott. Des élections sont organisées le 25 novembre. Les islamistes du PJD arrivent en tete avec 107 sièges sur 395 et le taux d’abstention est élevé. Cependant, le roi nomme Abdelilah Benkirane, un islamiste notoirement anti berbère. Le régime a réussi à neutraliser les islamistes pour les monter contre leurs anciens camarades qui continuent à manifester.

Le Mouvement du 20 février invite trois conférenciers à faire le point sur « un an de lutte » le 22 janvier prochain à Clichy, à partir de 15 heures à la salle Heidenheim au 6 place du Marché. Les intervenants sont trois universitaires : Ahmed Assid, René Galissot et Didier Le Saout.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.