rezki.net

Accueil > Culture > Matoub Lounes en chansons

Matoub Lounes en chansons

jeudi 26 juin 2014, par Rezki Mammar

Mhand, Lounes Kheloui, Oulahlou et de nombreux autres artistes ont chanté sur Matoub Lounes pour exprimer leur admiration, pour évoquer son engagement et dénoncer son assassinat. Voici une petite sélection.

Matoub Lounès est l’enfant terrible de la chanson kabyle, celui qui a porté le combat identitaire très haut dans ses chansons, qui a fait souffler un vent de contestation dans chaque foyer, dénoncé l’islamisme, l’indépendance confisquée par le régime algérien, la corruption et la collusion entre les religieux, l’armée et les courtisans de l’Etat. L’assassinat du chanteur est une onde de choc dans la société kabyle et naturellement d’autres artistes se sont fait l’écho de cet événement. Le but n’est pas de citer toutes les chansons qui parlent de Matoub, mais celles qui valent le détour, cette liste est à compléter suivant les goûts.

Ay Akal de Mhand

Mhand est une sorte de météore sur la scène kabyle. Un beau jour il a déboulé sans crier gare avec l’album Ay Akal (Ô Terre), qui tire justement son titre de la chanson consacrée à Matoub. Le chanteur s’adresse à la terre pour lui confier celui qui vient d’être assassiné. Ay Akal est une complainte sur fond d’émeutes, de combat identitaire et de déchaînement des éléments. La terre dont il est question ici est un personnage qui renvoie à la durée, à l’histoire, c’est un témoin direct de l’injustice faîte aux habitants de l’Afrique du Nord par leurs envahisseurs.

Ifrah de Lounes Kheloui

Sur le registre de l’hommage Lounes Kheloui a signé Ifrah sur l’album du même nom. Ce texte ne se distingue pas par sa virulence, il contient même quelques références religieuses, mais nous le citons parce que c’est devenu une sorte de classique.

Sans oublier Oulahlou

En 2001 Oulahlou lâche une bombe musicale, une chanson intitulée Pouvoir assassin dans laquelle il raconte plusieurs épisodes du face à face entre la Kabylie et l’Etat algérien. Le deuxième couplet est consacré à Matoub. Oulahlou parle de l’assassinat du 25 juin 1998 « le jour où un géant est tombé ». Il ajoute que « Même les enfants ont réalisé que c’est la SM qui l’a tué ». Ces deux lettres désignent la Sécurité militaire, un service algérien. Et le chanteur enfonce le clou en ajoutant « Si on vous pose la question, dîtes qu’Oulahlou l’a chanté ». et même « C’est bien fait, Oulahlou l’a chanté ». Pouvoir assassin se termine par un appel à Lounes Matoub pour qu’il crie depuis sa tombe sur les dirigeants algériens et les traitres kabyles.

Lounès Matoub est une figure récurrente chez Oulahlou. D’autres artistes ont consacré des chansons au grand poète assassiné, on peut citer parmi eux Hacène Ahras, Lani Rabah, Takfarinas ou encore Lakhdar Sennane.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.