rezki.net

Accueil > Politique > Maroc, vague d’agressions contre des étudiants amazighs

Maroc, vague d’agressions contre des étudiants amazighs

lundi 14 mai 2007, par Rezki Mammar

Depuis plusieurs jours, des violences se multiplient contre les étudiants amazighs (berbérophones). Les agresseurs, des groupes de mouvance nationaliste arabe ou islamistes s’en sont pris à des membres d’associations dans le Rif, et dans le centre du pays et dans le sud est. Les attaques ont dégénéré en batailles rangées avec des blessés et un mort. Plusieurs associations marocaines ont dénoncé ces actes de violences et accusent l’Etat de couvrir les auteurs des troubles et une pétition a été ouverte.

Les violences ont commencé le 20 avril à Taza dans le Rif (au nord du Maroc. Des adeptes du nationalisme arabe ont lancé une expédition punitive contre des berbérophones du campus et blessent grièvement sept d’entre eux. Les nationalistes leur reprochent de commémorer le sixième anniversaire de la répression de la gendarmerie algérienne en Kabylie (les Kabyles sont également berbérophones).
Plus récemment, d’autres agressions se sont produites à Agadir (au sud) et à Meknes. Le samedi 12 mai, le campus d’Imteghren (Errachidia) a aussi été le théâtre d’une attaque, suivie d’un affrontement entre les étudiants du MCA (Mouvement culturel amazigh) et leurs agresseurs. Les auteurs de violences n’ont pas été inquiétés. Plusieurs associations berbères dénoncent les agressions et accusent ouvertement les autorités d’être à l’origine des faits (deux communiqués figurent sur le site Afrique-du-Nord.com).
En France, l’association Tamazgha, a publié un communiqué pour condamner ces violences et dénonce un « piège » tendu par les autorités aux militants berbères en les poussant à réagir violemment.
Ce lundi 14 mai, nous apprenons que des incidents ont éclaté à Tinejdad (au sud-est). Dans cette ville, des lycéens ont manifesté leur solidarité avec les victimes de violences, notamment en détruisant des symboles de l’Etat : des drapeaux marocains et des portraits de l’ancien roi Hassan II.

Le MCA d’Imteghren

Le campus d’Imteghren a déjà connu des violences en décembre 2003 lorsque des étudiants nationalistes et islamistes avaient pris pour cible les membres du MCA. Les militants berbères réclament la reconnaissance officielle de leur langue maternelle. Les revendications pour la diversité culturelle et lingustique ont émergé dans les universités marocaines au cours des années 90. Les « berbéristes » comme on les appelle parfois négativement se sont souvent heurté à la présence d’étudiants hostiles à leurs idées, notamment les organisations islamistes et nationalistes marocaines favborables à une société fondée sur des valeurs arabo-islamiques et qui excluent la berbérité.
Le MCA s’inspire des associations culturelles kabyles des années 70 et 80. En 1998, ces militants ont donné à leur aculté des sciences et techniques le nom d’Université Mouloud Mammeri en hommage à l’écrivain qu’ils admirent.

La pétition de soutien aux étudiants du MCA

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.