Accueil Rezki.net

" Ils peuvent nous oter la vie... Mais ils ne nous oteront jamais notre liberté. " William Wallace - Braveheart

Accueil > Société > Libération commet une gaffe après l’assassinat de Ramdane (...)

Libération commet une gaffe après l’assassinat de Ramdane Haïfi

dimanche 4 mars 2007, par Rezki Mammar

Un article du quotidien français a provoqué la colère des Kabyles de France. Mardi 27 février, le journal présente Ramdane Haïfi, militant historique du mouvement culturel berbère comme un " propriétaire cupide ". Suite aux mails et aux coups de téléphone de lecteurs furieux, la journaliste a réécrit son article trois jours plus tard.

L’assassinat de Ramdane Haïfi a provoqué une grande émotion (voir notre article) aussi bien en France qu’en Kabylie. La presse française a évoqué le drame dans les pages des faits divers. Le Parisien a publié un article le 25 janvier. Pas une ligne n’a été consacrée au parcours du militant de la cause berbère, pas de maladresses non plus dans ce papier. Mais mardi, Libération est allé plus loin en titrant « Le logeur cupide payé en coups de fusils mortels ». Voici le premier paragraphe de l’article, nous en avons souligné quelque passages à l’origine de la colère des lecteurs.

« A 79 ans, Belaïd L., « chibani » (vieux migrant) algérien qui a trimé dur et marché droit toute sa vie en France, a tué deux autres Arabes, à commencer par le propriétaire du gourbi où il dormait. Après des années de labeur et un divorce houleux, Belaïd L. a été tour à tour mouleur, serveur et bricoleur avant d’échouer, à l’âge de 60 ans, chez son compatriote Ramdane, qui tenait le bar Ighoras Imazighene au 85 de la rue de Buzenval, dans le XXe arrondissement de Paris. Il y a même trouvé refuge. Car « l’ami » Ramdane lui a loué une petite chambre attenante au café, sans douche, ni lumière du jour, ni coin cuisine. Il n’a pas oublié de majorer un peu le montant chaque année « alors que la maigre pension du vieux n’augmentait que de quelques centimes », souligne un enquêteur de la 2ème division de police judiciaire. »

Un article manichéen

Ces quelques lignes laissent penser que Ramdane Haïfi aurait abusé d’un vieil immigré. D’après Kabyles.com que nous avons joint par téléphone, le loyer s’élevait à 250 euros mensuels (somme inférieure aux prix pratiqués à Paris) et le tueur n’avait pas payé depuis plus d’un an. Le journal aurait donc choisi le scénario du propriétaire avare, contre le pauvre locataire.
Autre reproche des lecteurs, les deux victimes sont présentées comme deux " Arabes ", alors même que Ramdane Imazighen a passé sa vie à lutter pour la fin de l’assimilation culturelle et lingustique des Berbères en Afrique du Nord, notamment pour le droit à l’enseignement de la langue tamazight en Algérie.
Le nom de l’hôtel-restaurant, Ighouraf qui est devenu « Ighoras » dans cet article.
Pendant plusieurs jours, les internautes, ont posté des commentaires de protestation sur le site de Libération, sur Kabyles.net et Kabyle.com, d’autres ont envoyé des mails à la journaliste, certains ont directement appelé la rédaction du quotidien.

Les guillemets vengeurs de Libé

Au cours de la semaine, la rédactrice Patricia Tourancheau a revu sa copie, elle est même allée sur les lieux à Ighouraf Imazighen pour refaire l’article. Vendredi 2 mars, Libération publiait un nouveau texte intitulé " La communauté berbère soutient l’hôtelier abattu " avec le sous-titre " Belaïd L., son meurtrier, le présentait comme un homme cupide ".

Le quotidien explique que " la communauté berbère de France s’indigne que l’image de cette « figure du mouvement » ait été « salie » ". Salie par qui ? Le journal ne répond pas explicitement, il se dégage de toute responsabilité et rejette la faute sur Bélaïd. Injustement d’ailleurs car dans les deux articles, la journaliste fait parler l’accusé indirectement, elle se base uniquement sur des propos que lui aurait rapporté la police judiciaire.

Sur le papier, Libé revient longuement sur le parcours de Ramdane Haïfi au sein de l’Académie berbère, sur son hospitalité, mais certains ne décollèrent pas. " La journaliste use et abuse de guillemets " lance un lecteur de Kabyle.com. " Finalement, Libération n’a rien arrangé ", confie un étudiant à Paris VIII vendredi soir.

Commentaires

  • Azul,je suis content de voir des hommes comme vous monsieur, et pour des sites kabyles comme le votre réagissent comme des hommes libres de leurs peins et de leurs chagrin aux autres personnes.
    Je suis fière,ému et content au meme temps.

    Salut, voici mon adresse mail si vous voulez qu’on garde contacte : jugurtha_haifi yahoo.fr

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.