rezki.net

Accueil > Culture > Lhoussain Azergui, le Maroc vu de l’intérieur

Lhoussain Azergui, le Maroc vu de l’intérieur

jeudi 8 février 2007, par Rezki Mammar

Nous avons profité du passage à Paris du journaliste, romancier et blogueur pour faire le point sur quelques unes des affaires qu’il suit de près. Il est question de censure, d’expropriation de populations et de non assistance à personnes en danger, des sujets pas très intéressants pour la presse internationale.

Lhoussain Azergui est connu par les internautes puisqu’il tient depuis 2005 le blog Nkerxla et contribue à Tamazgha.fr. Journaliste au sein d’une agence marocaine de presse, ce jeune amazigh s’est installé en France en 2006. On lui doit quelques articles fort intéressants sur cet Etat de droit qu’on appelle le Maroc. Les At Sliman menacés d’exoulsion par les autorités, la censure d’une traduction du roman le Pain nu en tamazight (berbère) et plus récemment la mort de plusieurs dizaines d’habitants à la suite d’une vague de froid dans l’Atlas. A chaque fois, c’est une face peu reluisante du royaume qui est mise à nu.
Que les internautes se rassurent, nous avons aussi parlé de sujets plus légers, mais ceux que nous évoquons ici sont trop souvent absents pour être mis de côté.

Lhoussain Azergui

L’affaire des mouflons d’Aït Mellal

At Mellal se trouve entre Marrakech et Meknes, en plein Atlas marocain. Sur les cartes, on peut lire Beni Mellal (au maroc comme en Algérie, les noms berbères ont été systématiquement rebaptisés en arabe depuis l’époque coloniale). C’est là que les autorités locales ont décidé de créer une réserve de mouflons. Des barbelés ont été installés, isolant cinq familles et privant des dizaines d’autres d’accès aux pâturages et aux sources d’eau. Les populations protestent, l’association Asidd impliquée dans le développement durable de la région également. Lhoussain Azergui a évoqué cette affaire dans Tamazgha.fr et dans France Soir.

L’affaire des Aït Sliman dans France Soir du 2 mars 2005

Le Pain nu à nouveau censuré

L’histoire du Pain nu est émaillée d’interdictions. Ecrit par Mohamed Choukri en arabe dialectal marocain, ce roman ne plait pas aux autorités : trop de violence, de sexe pour être lu par de bons musulmans. Le livre est interdit au Maroc entre 1983’et 2000. Mais l’histoire ne s’arrête pas là puisque l’Ircam (Institut royal pour la culture amazighe) a fait traduire le Pain nu en tamazight. " Choukri est berbère, n’oublions pas ", ajoute Lhoussain Azergui. Mais l’institution a décidé de ne pas publier l’ouvrage après les appels à manifester lancés par des islamistes. Un Bruxellois a proposé à l’Ircam de lui confier la manuscrit pour le faire publier en Europe, à l’abri de toute censure. Pour l’instant pas d’issue en vue.
La censure, il en est justement question dans Aghrum n ihaqqaren (Le Pain des corbeaux), roman écrit en tamazight et dont le titre désigne un champignon vénéneux. Plusieurs traduction sont prévues, dont le français et le catalan.

Le drame d’Anefgou

Un SMS est arrivé 23 janvier dans le milieu de l’après midi, quelques jours après notre rencontre avec Lhoussain Azergui et c’est justement lui qui nous l’envoie : " 10 bébés amazighs morts de froid à Anefgou près de Midelt (Moyen Atlas ". Le même message mentionne une manifestation de protestation à Rabat contre le laxisme des autorités. Là encore, Lhoussain Azergui ne se contente pas des communiqués de presse, il s’informe auprès des habitants et des autorités sanitaires et découvre très tôt que le bilan était plus lourd. Au total, ce sont 37 personnes qui ont péri victimes d’une chute brutale des températures dans l’Atlas. " Les habitants attendent toujours M6 ", (le roi Mohammed VI) commente Lhoussain sur Nkerxla.

Lire L’article Le Maroc et les Berbères

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.