rezki.net

Accueil > Société > Les Berbères de France dans Marianne

Les Berbères de France dans Marianne

mardi 20 février 2007, par Rezki Mammar

Dans son édition du 17 février, l’hebdomadaire français consacre sept pages aux Berbères vivant dans l’Hexagone. Histoire de présenter une population quasiment inconnue en France. Rezki.net a parcouru le dossier de Florence Assouline.

Une dizaine de personnalités répondent aux questions de la journaliste, parmi eux Chérif Benbouiche, directeur de l’ACB (Association de culture berbère) la doyenne des organisations amazighes en France. Une animatrice de Beur FM, Samia Messaoudi raconte aussi son parcours.
Comme les lecteurs ne connaissent rien ou presque au sujet, l’article reste descriptif et limité à la région parisienne. Les Berbères sont décrits comme étant " culturalistes ", attachés à la laïcité et soucieux d’obtenir l’enseignement de leur langue (tamazight), Le berbère est massivement parlé chez les filles et filles de l’immigration nord africaine et de plus en plus demandée par les candidats au baccalauréat.
La journaliste ne mentionne pas l’absence de radio berbère sur la bande FM française, c’est l’autre grande préoccupation en plus de la langue, évoqué notamment lors des assises des Berbères de France en 2004 et 2006.

" Les personnes interrogées sont toutes kabyles "

Le dossier n’oublie pas de mentionner que même au pays de Voltaire et d’Hugo, la femme berbère n’a pas encore conquis tous ses droits. Voilà au moins une idée reçue de moins. " Camarades berbères, encore un effort " lance Florence Assouline.

" Les personnes interrogées sont toutes kabyles " constate Mohamed, étudiant originaire du Souss (sud du Maroc) qui a lu le dossier de Marianne. Effectivement, mis à part un encadré consacré à l’écrivain Assia Djebar, née à Cherchell (à l’ouest de la région d’Alger), il manque un regard plus large. La femme de lettres algérienne devenue académicienne vient d’une famille berbérophone, même si elle-même ne pratique pas la langue. Camarades journalistes, encore un effort quand vous parlez des Berbères.

Marianne N°513, du 17 au 23 février 2007. Prix 2,50 euros
Marianne en ligne

Messages

  • L’ art de kabyliser l’ amazighité...

    • l’effort est déjà considérable d’avoir parlé de cette minorité invisible que sont les berbères mais ça aurait été mieux si l’enquête n’a pas été consacrée qu’aux kabyles ? les autres variétés touareg, chaoui en Algérie, le chleuh, le tarifiyt et le tamazighte au Maroc aurait enrichi l’exposé..........

    • Quand on parle des Berbères de France, on parle essentiellement des Kabyles et des Chleuhs, les autres sont en nombre peu significatifs. Il aurait été utile de parler des autres aussi. Mais il est tout à fait vrai que l’enquête a écarté les Chleuhs de France.

    • Chleuh est un terme péjoratif tout comme " Berbères "...

      On dit " Ichelhiyne"

      Quand j’ ai vu le magazine et que j’ ai vu les " Berbères " de France, j’ étais ravie. Quand je l’ ai ouvert et que je l’ ai lu, j’ étais déçue.

    • Cette création fut exploit.Son enrichissement est,certes, la participation de tous les Amazigh.Et c’est ainsi et à tout temps la lumiére jaillissait d’une étincelle et le contraire.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.