rezki.net

Accueil > Société > Le Monde scrute les ondes communautaires

Le Monde scrute les ondes communautaires

dimanche 7 août 2005, par Rezki Mammar

Le supplément Radio-Télévision du quotidien Le Monde va consacrer plusieurs volets aux radios " communautaires ". Dans un premier volet, le quotidien se penche sur Beur FM et Radio Orient. Voici ce que dit l’article et ce qu’il ne dit pas.

Dans son édition datée du 7 au 8 août, Le Monde nous emmène à la découverte des radios " communautaires ". Le mot en question s’écrit désormais toujours avec des guillemets, parce que parler de communauté est politiquement incorrect. Tout le monde sait bien que ces choses-là n’existent pas au pays des droits de l’homme.

Ce qu’on nous dit

Le comparatif oppose Beur FM et Radio Orient, qui s’adressent aux Français d’origine nord-africaine. D’entrée de jeux, le l’article nous présente une station " remuante ", " laïque " (Beur FM), à ne pas confondre selon lui avec sa très " sérieuse " sa " pieuse " rivale (Radio Orient). La première est largement francophone, la seconde diffuse la majorité de ses programme en arabe classique.
Nous disions donc, Beur FM, ancienne antenne pirate, donc pionnière, aujourd’hui partenaire de France Culture, de Radio Shalom, de SOS Racisme et de L’Humanité. La seule radio maghrébine sur laquelle les homos peuvent s’exprimer. Bref, rien à redire.
L’autre article Radio Orient, l’info et la piété, présente une station religieuse, plus riche (notamment grâce à des capitaux étrangers comme ceux de feu le milliardaire libanais Rafic Hariri). Née en 1982, la radio a désormais introduit le français à hauteur de 35% de ses programmes pour attirer le jeune public. La station serait désormais première en région parisienne.

Ce qu’on ne dit pas

On apprend donc pas mal de choses, mais aucune critique ne vient apporter la moindre contradiction. Heureusement, nous sommes là pour ça.
Radio Orient s’exprime en arabe classique, C’est Fouad Naïm, le patron de cette honorable station qui déclare lui-même que " 98% des Français d’origine arabe viennent des pays du Maghreb et 50% d’entre eux ne parlent presque plus l’arabe ". Des propos que nous nous faisons ici un plaisir de nuancer.
D’abord parce que l’arabe classique est très peu utilisé par les jeunes issus de l’immigration nord africaine. Les uns parlent l’arabe maghrébin, les autres le berbère (Personne n’en parle dans l’article : oubli ou omission ?).
On peut ajouter que si ces langues sont absentes de Radio Orient, on peut noter qu’elles sont en voie de disparition sur les ondes de Beur FM. L’ex radio pirate semble persuadée qu’on s’intègre mieux en abandonnant sa langue maternelle.

Les absents ont toujours tort

Les deux radios évoquées dans ce dossier sont des entreprises privées, elles ont donc des impératifs économiques. Restent les grands absents des ondes : les berbérophones. On peut estimer cette population à 1,5 à 2 millions de personnes dans notre pays, essentiellement des Algériens (Kabyles, Chaouis) et des Marocains (Chleuhs et Rifains). Parmi les radios dîtes " orientales " et " maghrébines ", aucune n’a pour thématique la berbérophonie, culture qui devrait être un peu mieux soutenue, ne serait-ce qu’à cause de sa marginalisation dans l’audiovisuel marocain et en algérien. Les berbérophones ont peut être leur part de responsabilité dans leur absence : ils ne se sont pas organisé efficacement. Notons qu’ils ont su le faire pour créer une télévision sur le satellite. Depuis l’échec de Radio Tiwizi dans les années 90, les Berbères marocains et algériens vivotent sur les ondes des radios associatives et de Beur FM , dont le patron est lui-même kabyle (berbère d’Algérie). Un paradoxe culturel, social et économique à méditer.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.