rezki.net

Accueil > Brèves > Le MAK se rappelle au bon souvenir de François Hollande

Le MAK se rappelle au bon souvenir de François Hollande

mardi 11 décembre 2012, par Nadia Mechiche

Les autonomistes kabyles appellent à manifester à Tizi Ouzou le 19 décembre, jour de l’arrivée du président français à Alger. Le mouvement entend ainsi dénoncer les liens qui unissent Paris au régime algérien.

A quelques jour d’une visite en Algérie du chef de l’Etat français [1], le Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie a annonce qu’il organisera une manifestation à Tizi Ouzou le 19 décembre. Le rassemblement est prévu à onze heures devant l’ancienne mairie. Les organisateurs entendent dénoncer le soutien apporté par les dirigeants français au régime en place à Alger.

« Sachant que le régime despotique d’Alger ne doit son maintient que grâce à l’appui de la France officielle, il est temps que la France soit en accord avec ses propres principes et qu’elle cesse son soutien à un régime criminel qui programme notre disparition en toute transparence. ».

Cette manifestation intervient quelques mois après un courrier adressé au gouvernement français par une députée : le 18 septembre, Valérie Boyer, élue de l’opposition de droite avait relayé les revendications du Gouvernement provisoire kabyle (GPK). Le ministère des Affaires étrangères avait répondu négativement le 9 octobre. Quelle que soit l’issue de cet échange, sa parution au Journal officiel constitue une première pour un mouvement kabyle.

Ziri, un prénom interdit au Maroc

Le 6 décembre dernier l’état civil de Tarrast (Inezgane) au Maroc a refusé à un père de prénommer son fils Ziri. D’après Amazighnews qui rapporte les faits, l’administration a refusé d’examiner les extraits de naissances d’enfants portant le même prénom. Au Maroc, aucune loi n’interdit de choisir un prénom berbère, mais le royaume, qui a officialisé la langue amazighe, continue de pratiquer une politique d’arabisation des noms. Pour rappel, Ziri est le prénom du fondateur de la dynastie Ziride, il est répandu comme nom de famille.

Le gouverneur n’aime pas « chalha »

A la suite d’un licenciement qu’ils jugent abusif, un groupe d’éboueurs marocains s’expriment en présence du gouverneur de Khenifra. Mais le représentant de l’Etat refuse qu’ils utilisent leur langue maternelle, le berbère. Le gouverneur aurait alors dit « ne parle pas en « chalha », parle en arabe ou tais-toi ». Le terme chalha est utilisé en arabe pour désigner le berbère de manière péjorative, c’est une déformation du « chleuh » la langue amazighe la plus courante dans le royaume. Le 9 décembre Amazigh World a publié un communiqué de l’association Amaghar dénonçant un « comportement raciste ».

Antonio Cubillo n’est plus

Le leader indépendantiste canarien est mort le 10 décembre à l’âge de 82 ans. Né en 1930, ce militant devient la figure de proue du mouvement pour l’indépendance des îles Canaries. Exilé, il s’installe en 1963 à Alger, il côtoie Mouloud Mammeri, découvre la Kabylie et cela contribue à renforcer chez lui le lien qui unissent son peuple aux autres Berbères d’Afrique du Nord. En 1978 Antonio Cubillo est poignardé par un agent au service de l’Espagne, il en garde des séquelles à vie.


[1L’image en tête d’article est tirée d’une photo de Pete Souza, elle a été publiée sur Wikipédia.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.