rezki.net

Accueil > Politique > Le Festival du film amazigh entaché par l’exclusion des (...)

Le Festival du film amazigh entaché par l’exclusion des Marocains

mercredi 27 mars 2013, par Karim Tilmatine

Le treizième Festival du film amazigh de Tizi Ouzou se déroule du 23 au 28 mars mars dans la ville des genêts. Cet événement est sensé promouvoir le cinéma berbère à l’échelle de l’Afrique du Nord. Les choses commencent mal puisque les délégations du Maroc et de Libye, initialement invitées sont finalement absentes de l’événement. La décision est d’autant plus remarquée qu’en septembre dernier des cinéaste venus d’Algérie ont pu participer au Festival international Issni N’Ourgh du film amazigh organisé à Agadir. Dans la presse comme sur Internet, les commentateurs privilégient la piste politique, c’est à dire une directive de Khalida Toumi, la ministre de la Culture, une opposante kabyle passée du côté du régime dans les années 90. Rappelons qu’Alger n’en est pas à son coup d’essai, les autorités ont ainsi empêché la réunion du Congrès mondial amazigh à Tizi Ouzou en 2008, alors que le Maroc au contraire a autorisé deux rencontres de cette organisation, à Nador en 2005 et à Meknes en 2008.

Tué par un repenti

Un technicien de l’ENTV, la télévision d’Etat algérienne a été assassiné par un terroriste repenti. L’information a été annoncée 18 mars par le Syndicat national des journalistes.

Karim Akouche parle de la Kabylie

L’écrivain kabyle installé au Québec s’exprime sur son pays natal, le tout est accessible sur Internet depuis le 22 mars. Nous n’avons pas retrouvé les références de l’émission de télévision d’origine mais le sujet est intéressant.

Karim Akouche parle du danger que court actuellement la Kabylie, de l’islamisation rampante de la société et de l’arabisation grandissante, deux phénomènes portés par l’école algérienne depuis l’indépendance de cet Etat. Et justement à propos d’Etat l’artiste émet un constat :

« Un peuple sans Etat est condamné à disparaître. Un peuple sans Etat va subir l’Etat des autres peuples et c’est pour ça que le peuple kabyle doit avoir son Etat autonome au sein d’une Algérie plurielle. »

L’auteur d’Allah au pays des enfants perdus (paru chez Nord Sud) déambule dans les rues de Vgayet et dénonce chez les autorités algériennes une « volonté de nuire à l’âme kabyle » à travers la dépersonnalisation.

Messages

  • un peuple sans tat est doublement condamn subir celui de ses colonisateurs avec tous ses attributs ngationnistes.
    oui monsieur Aquc...seule l’autonomie nous sauvera.

  • Le Festival du film amazigh entch par lexclusion des Marocains
    ...et des libyens .
    un festival amazigh avec un film arabe et une attribution par oul dali le bocchus et sa khalida du prix un film de 10 minutes de Dgamel allam l’opportuniste algrianiste .

    une honte et une compromission impardonnable aux kds.

    cette mascarade est tout sauf un festival amazigh.
    un cirque d’abrutis sauf ceux qui ne le mritent pas.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.