rezki.net

Accueil > Politique > Langue amazighe : le CMA écrit aux élus algériens et marocains

Langue amazighe : le CMA écrit aux élus algériens et marocains

mercredi 11 février 2009, par Rezki Mammar

Le CMA a récemment écrit aux élus locaux algériens et marocains pour leur demander de prendre en compte la langue amazighe (berbère). La lettre de cette ONG se fonde sur les grands principes du droits international. En Algérie, la Constitution a fait du berbère une langue nationale en 2002 sans que cette décision ne donne lieu à des répercussions sur la politique linguistique du pays. Au Maroc, un projet de loi d’arabisation a récemment mobilisé des organisations dans le royaume et dans l’immigration.

Belkacem Lounès est le président du CMA (Congrès mondial amazigh), une organisation rassemblant des associations berbères nord africaines et européennes. Depuis Tizi Ouzou, à une centaine de kilomètres d’Alger, le responsable associatif a écrit le 2 février dernier aux élus algériens et marocains une lettre dans laquelle il expose les motivations permettant une reconnaissance officielle de la langue amazighe.
La lettre cite la Charte internationale des droits de l’homme, ainsi que l’article 13 de la Déclaration des nations unies sur les peuples autochtones. Belkacem Lounès rappelle également que le Conseil pour les droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU a recommandé à l’Algérie de prendre des mesures afin de constitutionnaliser la langue amazighe. Nous publions ci-dessous la lettre en question.


Algérie : lettre aux élu-e-s locaux

Mesdames, Messieurs les Présidentes et Présidents

des Assemblées Populaires Communales (APC) et Wilayales (APW)

Aux Responsables des administrations territoriales

Le Congrès Mondial Amazigh (CMA) est une ONG internationale ayant pour mission de défendre et de promouvoir les droits politiques, économiques, sociaux, culturels et linguistiques du peuple Amazigh, conformément aux principes du droit international. Le CMA est constitué par des associations qui œuvrent dans les domaines culturel, de développement socioéconomique, de protection de l’environnement et de défense et promotion des droits humains, dans tous les pays de Tamazgha (Afrique du Nord et Sahara) et en Europe. Depuis sa création en 1995, le CMA collabore avec les différents organes pertinents des Nations Unies, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine et avec les organisations de la société civile internationale. Le Congrès Mondial Amazigh agit en faveur et en soutien de tous les efforts entrepris pour l’état de droit, la paix et le progrès humain.

Dans ce cadre et conformément à :

- La Constitution algérienne qui stipule dans son article 3 bis que "Tamazight est également langue nationale. L’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national" ,
- La Charte internationale des Droits de l’Homme,
- La Déclaration des Nations-Unies sur les droits des peuples autochtones, notamment son article 13 qui indique que : « Les peuples autochtones ont le droit de revivifier, d’utiliser, de développer et de transmettre aux générations futures leur histoire, leur langue, leurs traditions orales, leur philosophie, leur système d’écriture et leur littérature, ainsi que de choisir et de conserver leurs propres noms pour les communautés, les lieux et les personnes » et que « les États prennent des mesures efficaces pour protéger ce droit et faire en sorte que les peuples autochtones puissent comprendre et être compris dans les procédures politiques, juridiques et administratives, en fournissant, si nécessaire, des services d’interprétation ou d’autres moyens appropriés »,
- Les recommandations faites au gouvernement algérien en 2001, par le Comité pour les droits économiques, sociaux et culturels de l’ONU « de préserver la langue et la culture amazighes et de prendre des mesures appropriées afin de mettre en œuvre les projets visant à accorder le rang constitutionnel à la langue amazighe » et « de prendre des mesures pour reconnaître cette langue comme langue officielle »,

Nous vous demandons instamment de prendre toutes les mesures réglementaires et pratiques nécessaires à la généralisation de l’usage de la langue amazighe au sein de vos institutions, dans les relations entre vos administrations et les citoyens et dans l’environnement des territoires relevant de vos compétences.

Notre organisation est à votre disposition pour vous apporter toute l’assistance technique nécessaire à la réalisation de cet objectif. De même, le CMA suivra avec une grande attention la suite que vous donnerez à cette lettre et ne manquera pas de tenir l’opinion publique locale, nationale et internationale, régulièrement informée.

En vous remerciant, nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs les président-e-s, l’expression de notre considération distinguée.

Tizi-Wezzu, le 20 yennayer 2959/2 février 2009

Le Président

Belkacem LOUNES

Messages

  • De quels elus locaux parlent le CMA ,ceux a la tete des communes ,je ne crois pas car meme le FLN de l’epoque n’a pas fait mieux en matiere de denigrement de notre identité.Je prend le cas de notre commune Bouzeguene ;les elus sont majoritairement RCD avec Trois FFS et le reste FLN et RND.
    Sur la liste du RCD par exemple un elu a deja siegé a l’APC en tant que FLNiste et apres l’ouverture de champ politique ,l’autre est tete de liste lors des elections de 2004 en tant que tete de liste FNA ,....inutile d’ajouter l’identité des autres et leurs ex fonction .En tout cas il faut pas trop compter .

    Voir en ligne : Nos elus sont les plus zelé serviteurs

  • C’est une bonne initiative mais il me semble qu’elle ne mènera pas loin. La plupart de ces élus sont à leur place de manière peu démocratique. Ils ne tiennent entre leurs mains même pas leurs propre destins. Le CMA doit essayer de faire comme si ces États n’existent pas. Elle doit par contre initié des projets inter berbères tels que celui de la transcription de tamazight. C’est un débat qui n’est pas encore tranché et qui obstrue un nombre incalculable de projets à commencer par celui de la reconnaissance du berbère comme langue à part entière. la présence du berbère sur internet doit être évoque également. Le cas du catalan nous a démontré que c’est la qualité de locuteur qui comptent et pas le nombre. Le CMA doit initié des projets tous ces niveaux et des débats la ou il en faut.

  • je veut savoir les lettres de la langue amazigh

    • Les lettres amazighes, vous voulez dire les caractères amazighs. Parfois on utilse l’alphabet tifinagh, mais la plupart des textes en berbère sont en caractères latins (avec des signes diacritiques. Vous pouvez utiliseer des outils en ligne pour écrire en berbère, en latin ou en tifinagh. J’espère que ça répond à votre question.

  • je veut apprendre a lire le amazigh

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.