rezki.net

Accueil > Politique > La « minorité ethnique berbère » fait réagir Liberté

La « minorité ethnique berbère » fait réagir Liberté

samedi 15 mars 2008, par Rezki Mammar

Un document du Département d’Etat américain consacré à l’Algérie passe au crible le pays en matière d’évolution politique. Le 13 mars, le quotidien Liberté s’arrête sur l’expression « minorité ethnique berbère » utilisée par l’administration américaine. Le quotidien algérien dénonce une « schématisation propice aux amalgames ». Mais le journal tend à enjoliver la situation algérienne et du coup ce sont les internautes kabyles qui accusent le journaliste de complicité avec le régime.

Le dernier rapport du Département d’Etat américain consacré aux droits de l’homme en Algérie parle d’une « ethnie berbère », essentiellement située en Kabylie et évaluée à 9 millions de personnes. Dans les milieux diplomatiques, l’usage du mot « berbère » est fortement déconseillé quand on parle des pays nord africains. L’exemple le mieux connu est celui de la résolution du Parlement européen le 17 juin 2001. La Kabylie se trouve alors en pleine répression du Printemps noir. L’Union européenne vote un texte appelant l’Etat algérien à « garantir la sécurité des populations kabyles » et à « veiller à ce que le peuple berbère puisse profiter de ses droits culturels et linguistiques ». La classe politique algérienne dénonce alors une forme d’ingérence visant à instrumentaliser la Kabylie. Dans un pays officiellement « arabe », la berbérité est inscrite dans la Consitutution, la langue amazighe est « nationale », mais le pays a tout de même adopté en 1998 une loi portant sur la généralisation de la langue arabe dans tous les domaines. Sur le terrain, l’Algérie compte une population berbérophone, mais les documents officiels passent sous silence leur nombre et leurs droits.

Le discours de Liberté

La formulation du Département d’Etat a suscité au moins une réaction, celle du quotidien francophone Liberté, proche de l’opposition légale algérienne. Dans un article publié le 13 mars, le journaliste Zahir Benmostepha condamne :

« À ce que l’on sache, l’Algérie a toujours revendiqué sa berbérité, consacrée du reste constitutionnellement comme l’un des principaux fondements de son identité. Loin d’être une concession à une minorité ethnique, la reconnaissance de la berbérité traduit une réalité nourrie à la mamelle de l’histoire du peuple algérien où se reconnaissent tous les citoyens de ce pays. »

Pour Liberté, la question berbère fait l’unanimité en Algérie. Un point de vue qui n’est pas partagé par les lecteurs de Kabyle.com, pour ces derniers Liberté tient le même discours que l’Etat. Un internaute observe que « s’il y a revendication, c’est qu il y a oppression et négation », un autre accuse le journaliste d’être un « Kabyle de service » chargé de relayer le discours officiel. Plusieurs personnes s’interrogent sur le terme de « minorité » puisque les berbérophones certes sont minoritaires sur le plan linguistiques mais les Algériens sont des descendants de Berbères. Quant au Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, il publie l’article de Liberté en titrant sur « le regard hypocrite du journal algérien Liberté ».
Rappelons que la presse n’avait pas réagi aux propos de Nicolas Sarkozy en juillet dernier lorsqu’il avait déclaré le 10 juillet 2007 qu’il jugeait légitime « que l’Algérie affirme son identité arabo-islamique et poursuive ses efforts en matière d’enseignement de la langue arabe ».

Messages

  • « Organe de propagande » du DRS, Liberté est le premier né de ce genre infeste. C’était le Général Ayyat, Chef de la sinistre Sécurité militaire, qui l’avait lancé dans le sillage de l’instigation du RCD par la dite Police politique du Régime dictatorial. Ayyat avait alors habilité Rebrab, Agent des Services, de promouvoir ce titre supervisé par le Département de l’action psychologique et de l’intox’ au sein de la Gestapo… Mensonges à la manière Goebbels, rumeurs, faux et usages de faux, tout y passe ! Et jamais la moindre phrase sur les crimes massifs des Généraux criminels…
    Les opposants et militants avertis ont toujours dénoncé ce journal, ainsi la très courageuse S. Mellah, issue d’une famille combattante illustre, actuellement journaliste en Allemagne où elle dirige le site très très oppositionnel « algeria watch », avait, dans une tribune parue dans le quotidien Le Monde et la presse berlinoise, dénoncé nommément Y. Hammouche, l’ éditorialiste de Liberté et de kabyles.net, comme Agent des Services… A cette « dénonciation publique », le concerné n’a pas formulé de « démenti public »…..

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.