rezki.net

Accueil > Société > L’alphabétisation du monde arabe, l’envers du décor

L’alphabétisation du monde arabe, l’envers du décor

lundi 12 mars 2007, par Rezki Mammar

L’Unesco et la Fondation du Qatar pour l’éducation organisent une conférence régionale pour combattre l’analphabétisme dans le monde dit " arabe ". Cette rencontre a lieu à Doha, la capitale de l’émirat du 12 au 14 mars. Quelle sont les enejeux de l’alphabétisation et quelle est la réalité en terme de langues ?

Quand on parle de " Monde arabe " on désigne un groupe de pays sur le critère de la langue officielle. Mais la réalité est différente suivant que l’on se trouve au Qatar, en Arabie saoudite, pays arabes et de langue arabe, en Tunisie, pays berbère de langue arabe ou au Maroc où la majorité de la population parle berbère et où la langue officielle est un idiome secondaire. Et pourtant dans l’ensemble de la région, l’enseignement ne tient pas compte de la langue parlée par les habitants, qui peuvent être berbères, nubiens en Afrique du Nord ou Kurdes en Orient.Le taux d’analphabétisme du monde arabe reflète bien la rigidité du système éducatif. La conférence de Doha, organisée par l’Unesco et la Fondation du Qatar pour l’éducation est une excellente occasion de remettre la question sur la table.
Pour plus d’informations, rendons nous sur le portail de l’Unesco consacré à l’éducation. Des pays comme l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, l’Egypte ont été classés à la fois comme africains et arabes, mais les informations qui les concernent ne se trouvent que dans la seconde catégorie.

Fossé linguistique

Il est intéressant de comparer les taux d’analphabétisme par sexe dans les pays arabes en septembre 2006. Partout, les hommes sont plus alphabétisés que les femmes. Le décalage est même énorme entre les deux sexes, sauf au Qatar, le seul cas hommes et femmes sont presque à égalité (un peu plus de 10% d’analphabètes).
On pourrait tirer de nombreux enseignements sur la situation de chaque pays, on découvre par exemple que la Tunisie, souvent donnée pour exemple pour l’instruction des filles est moins bien nantie que la Libye.
Si on regarde le classeement des pays par leur degré d’alphabétisation, on se rend compte que trois Etats d’Afrique du Nord arrivent en tête, respectivement la Mauritanie, le Maroc et le Soudan dont la population est non arabophone récemment arabisée (dans les dernières décennies). Le reste du tableau reproduit presque une carte des pays d’ouest en est. Les populations du Proche Orient, exclusivement arabophones (Koweitiens, Palestiniens et Jordaniens en tête) sont les plus à l’aise avec la langue arabe qui est le plus souvent la leur. On ne peut pas en dire autant des Libyens, des Algériens et à plus forte raison des Soudanais. En langage diplomatique, cela veut dire qu’on enseigne un idiome qui ne convient pas à tout le monde.

Les non dits de l’Unesco

Un fossé linguistique sépare les femmes et les ruraux en général du reste de la socété (une société arabisée et instruite donnée comme référence par les observateurs). Les acteurs réunis à Doha feraient bien de plancher sur les carcans culturels et linguistiques qui pèsent sur les populations et encourager une alphabétisation dans la langue maternelle.
Si la question du multiculturalisme n’est pas posée lors de cette rencontre de Doha, l’Unesco risque de donner dans le double discours : d’un côté il organise chaque 21 février une Journée de la langue maternelle et de l’autre, il encouragerait l’assimilation au profit de groupes de pressions domainants.

Messages

  • C’ est ce qu’ on apelle la théorie du deux poids deux mesures...

    Les intervenants de cette conférence ont demandé à ce que l’ enfant arabe soit dénué de toute "pollution" linguistique car l’ enfant arabe ne parle pas l’ arabe classique mais l’ arabe dialectal. Or les Amazighs eux aussi demandent à ce que tamazight, leur langue ne soit pas " polluée" par la langue arabe, le darija, arabe dialectal marocain n’ est que du tamazight arabisé...

    Merci !

  • Bien sur, les Marocains parlaient pas un mot d’arabe avant les dernieres decenies... Ibn Battuta, Ibn Rushed et tout nos grands hommes s’exprimmaient en tamazight... j’adore comment les Kabylistes reecrivent l’histoire LOL

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.