rezki.net

Accueil > Société > Deuxièmes assises des Berbères de France

Deuxièmes assises des Berbères de France

jeudi 21 décembre 2006, par Rezki Mammar

La Coordination des Berbères (CBF) de France a tenu ses deuxièmes assises les 16 et 17 décembre derniers à Vincennes (Val-de-Marne). Un aperçu de la rencontre.

Le pari de la CBF était courageux : faire aussi bien que les premières assises de 2004. On attendait 1400 personnes, le site des organisateurs en annonce seulement 1000. En fait, ce chiffre correspond surtout au dimanche après midi, lorsque le public était le plus nombreux pour écouter " les candidats " à la présidentielle de 2007.

François Bayrou

Du côté des postulants à l’Elysée, un seul a fait le déplacement, François Bayrou déjà venu en 2004. Nciolas Sarkozy, lui, a préféré envoyer un représentant pour lire son message. A gauche personne n’est venu, pas même Ségolène Royal, la candidate socialiste. En 2004, Lucile Schmid, une conseillère régionale d’Ile de France (PS) avait laissé entendre que Jean-Paul Huchon ferait le déplacement aux assises suivantes, en vain. Du coup Mustapha Saadi (ancien président de la CBF) déclare, " Il faut être courageux pour accompagner les Berbères, pour se montrer au côté des Berbères ", une façon de dénoncer l’absence de la gauche et de remercier son " ami " Bayrou.

Deux rives, un rêve et une pirouette

Roger Karoutchi, sénateur UMP a lu un message du candidat Sarkozy, avec quelques formules bien choisies dont une pompée directement d’un album de Idir " Vous représentées deux rives et un rêve ". Interrogé sur l’éventuellle création d’un inspecteur général pour les cours de langue berbère, Roger Karoutchi répond par une pirouette, " Je ne suis pas sûr d’être le futur ministre de l’Education nationale ". Et notre orateur termine sur un effet de manche magistral en déclarant " Azul " ! à l’assistance.
François Bayrou est tout aussi habile pour éviter les sujets concrets. Interpellé sur la nécessité d’une radio en langue berbère, il s’en sort en expliquant que le numérique va bientôt permettre de multiplier le nombre de fréquences. Lui aussi termine son discours par une petite formule, un " Azul fellawen ! ", qui lui vaut une ovation.

En coulisses

Comme tous les rassemblements, les premiers orateurs sont priés de parler vite pour laisser la parole aux suivants. Salem Chaker, qui n’a pas pu venir samedi, pour causes d’obligations personnelles a quand même tenu à s’exprimer dimanche. L’universitaire a dressé un tableau mitigé sur la situation de l’enseignement du berbère en France. Mais comme François Bayrou est entré à ce moment précis, l’enseignant a été prié d’" aller à l’essentiel ".
Dans le public on reconnaît des visages familiers. C’est le cas de Anir Benyakoubi, ancien présentateur de l’émission Izuran sur BRTV. En 2004, il était à la tribune des assises pour représenter Tamaynut France. Cette année, il est juste invité. Idem pour Belaid Haddouche : en 2004 il était venu parler au nom des Berbères des Hauts de Seine, en 2006 il écoute en invité. Parmi les absents l’association Asays ou encore Lynda Asmani, présidente de l’Association Franco-Berbère Paris.
A noter que les participants ont rendu hommage à Mohamed Azzouz, de l’association Assirem disparu en 2006.

Messages

  • POURQUOI CE PROBLEME DUNE RADIO BERBERE DE FRANCE , ES VRAIMENT UN PROBLEME POLITIQUE OU BIEN CEST UN PRBELEME DE LA COMMUNAUTE BERBERE DE FRANCE PR NE PAS DIRE DE KABYLE DE FRANCE JE COMPRENDS PAS VRAIMENT POURQUOI ON A PAS DE RADIO MERCI BCP D’AVANCE

    • La réponse n’est pas simple : nous avions une fréquence où les Kabyles se faisaient entendre (Radio Beur) et qu’ils ont d’ailleurs créée. Mais nous avons abandonné le terrain. Aujourd’hui, sur Beur FM, successeur de Radio Beur, la musique berbère ne représente que 14% dont 7% pour la chanson kabyle. Nous n’avons que des miettes en termes d’émissions sur d’autres radios, souvent quelques radios associatives accueillent des émissions kabyles, mais cela est très insuffisant. Mais le problème est vaste et s’inscrit dans une situation pas terrible pour nous en France.

    • JE VOUS REMERCIE DE VOTRE REPONSE ES QUE VOUS PENSEZ A VOTRE AVIS QU’ON POURRAS AVOIR UNE UNE CHAINE DE RADIO KABYLE A L’AVENIR ET A VOTRE AVIS POURQUOI ON EST PAS VISIBLE DANS LA PRESSE ,PERSONNE N’A PARLE DE CE CONGRES. ET JE COMPREDNS PAS POURQUOI S’UPPUYEZ SUR UDF QUI N’EST PAS UN PARTI DE POUVOIR , DONC Ne POURRAS PRENDRE UNCUNE DICISION CONCERNANT LES KABYLES DE FRANCE .CA AURAIT ETE MIEUX DE S’ASSOCIER AVEC DES PARTIS TEL QUE UMP OU LE PS QUI PEUVENT FAIRE QUEQUES CHOSE A MON AVIS

    • Nous sommes dans un pays démocratique et de libre entreprise, je ne comprends pas pourquoi des citoyens de notre république démocratique aient besoin des pouvoirs politiques afin de créer une station radio ?

      En effet de nombreuses causes militantes ne peuvent prétendre à un quelconque soutien politique ; et pourtant des personnes engagées oeuvrent tous les jours pour celles-ci et diffusent leurs idées.

      Le rassemblement est la clé et les politiques ne le savent que trop .

      Nous disposons de tous les moyens nécessaires dans le domaine des médias, le tissu associatif est large ....et les exemples ne manquent pas. Si cela ne suffit pas, il doit y avoir des subtilités qui m’échappent .

      Malika.

      Post Scriptum :
      Je suis d’origine berbère et ma passion est la photographie, ma solution : une association .

      Voir en ligne : SPUD PHOTOS

  • Azul,
    Noel ameggaz.
    Tanmirt

    Voir en ligne : azul à tous les Amazighs

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.