rezki.net

Accueil > Politique > Culture berbère à Paris, Delanoë rend sa copie

Culture berbère à Paris, Delanoë rend sa copie

mardi 12 février 2008, par Rezki Mammar

Le maire de Paris, actuellement en campagne pour un deuxième mandat, avait été interpellé par la Coordination des Berbères de France inquiète du manque de visibilité de la culture amazighe dans la capitale. Réponse de Bertrand Delanoë, un courrier dans lequel il renouvelle des promesses. Sur le principal dossier, l’élu entretient le flou et renvoie les Berbères à leurs divisions.

Dans un texte publié 5 janvier, la Coordination des Berbères de France avait interpellé les deux principaux candidats aux municipales parisiennes. Le sortant Bertrand Delanoë a envoyé une réponse sur les thèmes abordés. La « Maison de la culture berbère » est la mesure la plus attendue, car contrairement aux autres cultures, celle des Berbères n’a aucun institut ni espace public dédié. Voici ce que répond le maire socialiste à ce propos :

« Une maison des cultures berbères à bien entendu toute sa place à Paris, et je vous assure de tout mon concours pour la réalisation de cet objectif. J’encourage donc aujourd’hui les différentes associations, clubs et cercles de réflexion berbères de la Capitale à se rassembler autour de ce projet enthousiasmant, d’abord pour le préciser, ensuite pour lui donner corps. Dans un même temps, permettez-moi de vous rappeler que les cultures berbères ont toutes leurs places au centre de la préfiguration du futur Institut des cultures d’islam situé au 19/23 rue Léon dans le 18ème arrondissement de Paris. »

L’élu se contente d’encourager et de promettre son concours, selon lui c’est aux associations d’élaborer le projet. Bertrand Delanoë n’ignore pas la division des acteurs en présence. A Paris les trois principales organisations sont la CBF, l’Association de culture berbère et Tamazgha.
Le maire semble suggérer une autre solution : celle de placer la culture berbère dans l’Institut des cultures d’islam prévu pour 2011. Cette démarche, qui consiste à répondre à une demande culturelle par une offre aux contours religieux ne satisfait pas les organisation concernées.
Bertrand Delanoé est plus précis concernant le chanteur kabyle Matoub Lounès, assassiné en 1998 : une rue parisienne devrait porter son nom et l’artiste pourrait être mis à l’honneur dans la programmation culturelle de la capitale.

Pas de défilé dans les rues

Le courrier du maire de Paris date du 21 janvier et la CBF l’a rendu public le 9 février, la veille du rassemblement sur la place du Trocadéro. Cette rencontre festive a lieu depuis trois ans dans la capitale. Mais un autre événement a disparu du calendrier de la CBF. Le 18 septembre 2007, le site de l’organisation annonçait un « défilé des Berbères de France ». Le communiqué précisait que « le dimanche 3 février 2008, les Berbères de France ne se contenteront plus d’un rassemblement, mais... défileront dans les rues de Paris ». Mais la fameuse marche n’a pas eu lieu sans explications.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.