rezki.net

Accueil > Politique > Berbères : un rapport de Tamazgha épingle le Maroc

Berbères : un rapport de Tamazgha épingle le Maroc

jeudi 11 mai 2006, par Rezki Mammar

Les autorités marocaines ont été invitées à rendre leur copie aux membres du CESCR (Comité des droits économiques, sociaux et culturels) actuellement réunis à Genève. Les représentants du royaume ont tenté de donner l’image de la tolérance et de la diversité. Présente sur place, l’association Tamazgha en a profité pour démentir ce discours et présenter un rapport alternatif. Premier effet de cette confrontation, Rabat pourrait être amené à lever l’interdiction des prénoms berbères.

Le Maroc n’est pas le pays dont parlent les autorités de Rabat. Un rapport officiel présente le royaume chérifien comme une société multiculturelle sans histoires. Mais les membres du CESCR (Comité des droits économiques, sociaux et culturels) vont également prendre en compte le témoignage de l’association Tamazgha. L’association présente un contre rapport destiné à montrer la face sombre du Maroc : une trentaine de pages pour résumer l’essentiel des discriminations linguistiques à l’encontre de la population amazighe (berbère).

Les Berbères, une majorité minorée

Les berbérophones représentent au bas mot 40% de la population marocaine selon Salem Chaker (Berbères aujourd’hui, L’Harmattan 1998). Parler de majorité serait donc plus juste, d’autant que le gouvernement marocain a rendu public le chiffre de 75% sur le site institutionnel www.maroc.ma (écrit en langue arabe).
A partir de ce constat, Tamazgha relève plusieurs formes de discrimination de l’Etat marocain sur sa population berbère. Destiné au CESCR, le rapport s’attache naturellement à dénoncer les atteintes au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. " La discrimination anti-berbère est un fait officiel, délibéré et organisé, inscrit dans la Constitution ", souligne Tamazgha. Les textes fondamentaux du pays ne font pas référence à la composante berbère. La Constitution de 1996 stipule que " Le Royaume du Maroc, Etat musulman souverain, dont la langue officielle est l’arabe, constitue une partie du Grand Maghreb Arabe ". L’appartenance au monde arabe est donc gravée dans le marbre.
Selon Tamazgha, cette situation fait de l’enseignement le moyen privilégié d’arabiser la population. L’association critique sévèrement l’Ircam (institut royal chargé d’introduire le berbère dans la société marocaine) et le " lien vassalique " entre l’Ircam et l’Etat.
Autres formes de discrimination relevées : l’usage massif de l’arabe dans l’administration, dans les médias, dans la production culturelles. Pour les auteurs du rapport, ce sont autant de moyens de marginaliser les langues et la culture berbères.

Arabisation des noms

Tamazgha donne des exemples d’arabisation de noms de lieux : Ifri, transformé en Sidi Ifri ou Tazagourt devenu Zagoura montrent une volonté généralisée d’effacer toute trace du caractère berbère de la toponymie marocaine. Cette politique se retrouve dans l’interdiction des prénoms berbères. Des fonctionnaires d’état civil ont ainsi refusé à des parents d’appeler leur enfant Sliman, Dihia ou encore Amazigh (voir notre article). La Fédération internationale des droits de l’homme a fait état de ces discriminations en 2003. Selon le site de Tamazgha, le ministre marocain de la Justice Mohamed Bouzoubaâ a confirmé devant le CESCR l’existence d’une circulaire interdisant les prénoms amazighs.

Pas de liberté d’association

Le cas d’Azetta (Réseau amazigh pour la citoyenneté) est l’un des nombreux exemples d’atteintes à la liberté d’association. Cette organisation n’a toujours pas obtenu son enregistrement auprès des autorités. En juillet 2005, les membres d’Azetta ont donc décidé de passer outre et de tenir un congrès.
Tamazgha propose des mesures qu’elle juge nécessaires pour réduire les discriminations : notamment l’enseignement obligatoire du berbère, la levée de l’interdiction des prénoms, la création de médias berbérophones. Après l’examen des deux rapports, le CESCR pourrait alors renouveler ses recommandations au Maroc.

Messages

  • Le Maroc a un ministre de la Justice ? Alors là je ne le savais pas. C’est un vrai scoop.

    • Si si, ils ont même un ministre de l’Education nationale.

    • ah bon ? vous saviez rien de tt ca !! mon Dieu quelle culture nous en tt cas on sait que les francais sont tres racistes et...nont manifestement pas bcp de culture...
      un conseil : instruisez vous !! vs verrez vs apprendrez bcp de choses !!

    • nina il faudrait vraiment penser a sinstruire ou a dvlper ton sens de lhumour car la ca frole le pathétique !!

    • Ce n’est pas très courageux d’écrire des commentaires anonymes (deux en une minutes) d’un même ordinateur en plus. Tout cela pour faire des hypothèses bidons. Comme si le fait d’être français ou marocains pouvait changer quelque chose...

    • tu le savais pas ? alors tu es nullllllllllllllleeeeee

  • Mon souhait est de creer un site par des specialistes lingustiques berberes afin de rassembler tous les mots utilises par les differentes populations de l’afrique du nord a fin d’unir la langue et l’enrichir, ca serais formidable. Merci.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.