rezki.net

Accueil > Société > Berbères et Français, un siècle de relations tumultueuses

Berbères et Français, un siècle de relations tumultueuses

jeudi 16 octobre 2008, par Rezki Mammar

Le 12 octobre, Tamaynut France a accueilli une conférence consacrée à un siècle de cohabitation entre les Amazighs nord africains et les Français, une période essentiellement marquée par la colonisation et l’immigration notamment depuis la Kabylie et le Haut Atlas. Cette migration s’est faîte dans le contexte de la colonisation et dans le cas algérien, les ouvriers kabyles de la métropole ont largement contribué à faire naître la revendication d’une Afriqud du Nord décolonisée.

Jacques Simon est historien, il a notamment travaillé sur l’évolution de l’histoire de l’immigration algérienne. Lorsqu’il parle des immigrés en question, il précise très vite qu’il s’agit de Berbères, puisque les Kabyles commencent à émigrer vers la France dès la fin de l’année 1830.
Cette présence ancienne va donner naissance au premier mouvement indépendantiste algérien en 1926. « C’est un cas unique dans l’histoire coloniale, c’est à dire un mouvement national qui se constitue non pas sur le territoire, mais dans l’immigration en liaison avec le mouvement communiste international », explique Jacques Simon. L’organisation en question s’appelle L’Etoile nord africaine.

L’invention du Maghreb

A propos de cette appellation géographique, le chercheur déclare « Je dis bien l’Afrique du Nord, on ne parle pas du Maghreb, ça n’existe pas. Etant donné que la masse, que les cadres organisateurs sont des Kabyles, on ne parle pas du Moyen Orient... c’est loin ». Un peu avant la conférence, nous avons demandé à Jacques Simon la raison pour laquelle l’appellation Maghreb est devenue si courante de nos jour : « On a rebaptisé l’Afrique du Nord « Maghreb » dans le but de la rattacher à la Ligue arabe tout en niant sa dimension berbère » répond l’universitaire.

De gauche à droite : le sociologue Didier Lesaout, le maire de Clichy Gilles Catoire, puis Anas Bakrim de Tamaynut France, et les historiens Rachid Agrour et Jacques Simon

Un autre historien Rachid Agrour traite ensuite de l’émigration à partir du Souss, la partie méridionale du Maroc. Le sociologue Didier Lesaout lui emboite le pas pour décrire les migrants, notamment dans leurs engagements associatifs. Comparés aux Kabyles, les berbérophones marocains de France sont encore peu organisés. Il existe donc un potentiel de développement dans le domaine des associations berbères à condition que ces organisations proposent des activités et un discours de référence qui conviennent à tous les publics.
« Autant on peut trouver des thèmes fédérateurs comme les animations musicales ou le développement d’activités culturelles, autant, quand on essaye de spécialiser les acitivtés, on note une difficulté à s’adresser à tous (...) », conclue Didier Lesaout.

La France face aux Berbères

Le public a tenu à aborder la question du rapport de la France aux Berbères. Pour Rachid Agrour, la France s’est appuyée sur les élites citadines arabophones. « Dans les faits, entre 1912 et 1956, malgré les pseudo dahirs dits « berbère » ou autres, c’est toujours la politique de Lyautey qu’on a mise en place au Maroc. J’en veux pour preuve la place de la langue arabe qui a été enseignée dans les écoles, les collèges musulmans, contrairement à la langue berbère qui n’a jamais été enseignée, pas même dans le pseudo collège d’Azrou. ». Le résident général Hubert Lyautey a inauguré une politique de main tendue aux élites urbaines à partir de 1912.
Jacques Simon relève lui aussi le paradoxe berbère : d’un côté la France a cru pouvoir les assimiler, mais elle n’a eu de cesse d’écraser dans le sang les révoltes successives dans le Souss, dans le Rif et en Kabylie.

Le président du Congrès mondial amazigh est arrivé pile avant la fin de la conférence. En revanche, la Coordination des Berbères de France n’a pas fait le déplacement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.