Accueil Rezki.net

" Ils peuvent nous oter la vie... Mais ils ne nous oteront jamais notre liberté. " William Wallace - Braveheart

Accueil > Politique > 50 euros pour applaudir Bouteflika à Paris

50 euros pour applaudir Bouteflika à Paris50 euros pour applaudir Bouteflika à Paris

mardi 8 avril 2014, par Rezki Mammar

Les soutiens du candidat Abdelaziz Bouteflika utilisent les mêmes méthodes en Algérie et à l’étranger. De multiples témoignages font état de corruption et d’usage de violence à l’encontre de ressortissants algériens.

Deux ministres du président sortant Abdelaziz Bouteflika ont fait une virée en Europe pour séduire les privilégiés qui ont la chance de vivre à l’étranger. Amar Ghoul et Amara Benyounes ont tenu un meeting le 6 avril à Paris, à la porte Maillot. Prix de l’entrée ? 50 euros. Mais ce n’est pas le public qui paie. C’est le clan présidentiel qui rémunère la foule pour remplir une salle. L’information a fuité sur les réseaux sociaux. L’un des invités a décidé d’immortaliser l’événement en vidéo, il s’est fait filmer pour mieux montrer le billet et le badge remis par les organisateurs.

Dans la foule, certains sont venus pour chahuter le meeting, ils ont alors eu affaire au service d’ordre. Le collectif Action citoyenne pour l’Algérie déplore des blessés parmi les chahuteurs. La vidéo a été filmée par ce mouvement.

A côté de cette distribution de billets et de coup de poing Amara Benyounes a trouvé le temps de donner une interview à TV5, un entretien qui vaut son poids en mouchoirs.

L’ancien opposant devenu ministre et porte-parole du président sortant explique à des journalistes sceptiques que l’Algérie est une démocratie où le peuple choisit ses dirigeants.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.