Accueil Rezki.net

" Ils peuvent nous oter la vie... Mais ils ne nous oteront jamais notre liberté. " William Wallace - Braveheart

Accueil > Politique > Alger censure aussi les blogs

Alger censure aussi les blogs

lundi 13 mars 2006, par Rezki Mammar

Sam BloG avait la particularité d’être la seule émission à parler des blogs en Algérie, sur la Chaîne 3 (radio publique). L’animateur lui même blogueur, avait créé un lieu de discussion libre. Et puis un jour, l’émission est supprimée. Il a suffi qu’un journal arabophone accuse Sam Blog d’inciter à la dépravation à l’homosexualité. Dans un État de droit cela ferait sourire, mais à Alger le soupçon entraîne la suspension d’antenne.

Après la durcissement de l’arabisation avec la fermeture d’écoles privées, après les pressions sur les journalistes, les blogs sont la nouvelles cible des autorités algériennes.
La seule émission radio consacrée au phénomène des blogs a été présentée par le quotidien El Chourouk comme " une émission passant la nuit et qui prône la dépravation, le sexe et l’homosexualtié "
La teneur de l’article parvient ensuite aux oreilles des responsables d’antenne et les choses s’emballent. Dans un billet du 9 mars, l’animateur-blogueur annonce que l’émission du lendemain n’aura pas lieu et que le programme va marquer une pause de deux ou trois semaines. Le présentateur s’interroge alors sur les raisons de ces décisions, d’autant que le journal ne cite pas le nom du programme en question. Il est évident que dans le climat actuel où l’État cherche sa légitimité du côté des conservateurs. Le simple soupçon de dépravation d’homosexualité et c’en est fini d’une émission, d’une chronique ou d’une ribrique.

Les censeurs ont encore frappé

Le 11 mars, l’animateur publie sur son blog la lettre de démission qu’il vient d’envoyer à la directrice de la Chaïne 3. Il écrit notamment :
" Quand bien même ce journaliste aurait cité mon nom ou fait référence à mon émission, où est la solidarité minimale que vous accordez à un employé de votre institution ? Que faites vous de son droit de réponse, de son droit à l’expression ? Et si le respect de vos employés est le cadet de vos soucis, qu’en est-il de la défense de votre grille de programmes ? Tenez-vous compte du précédent qu’une telle décision peut entraîner ? Là encore, je ne parle même pas du droit à la liberté d’expression, car il est clair que c’est loin d’être une préoccupation dans votre institution. ".
Les temps sont durs pour la liberté d’expression, comme le rappelle Hchicha, un des premiers blogs a avoir évoqué l’affaire : " Moi je pense que l’Algérie de la censure a encore frappée et les conservateurs qui continuent à penser pour nous et à très mal gerer notre pays continuent de nous priver de nos droits les plus fondamentaux. ".
La chaîne 3 vient de frapper deux fois : en supprimant une émission, mais aussi le thème de cette émission, celui des blogs qui renvoient eux-mêmes à la liberté d’écrire et de commenter.

Commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.