Accueil Rezki.net

" Ils peuvent nous oter la vie... Mais ils ne nous oteront jamais notre liberté. " William Wallace - Braveheart

Accueil > Société > Affaire Ziri, la justice requiert un non-lieu

Affaire Ziri, la justice requiert un non-lieu

lundi 22 octobre 2012, par Karim Tilmatine

Le retraité kabyle était mort en juin 2009 à la suite d’un contrôle policier. Plus de trois ans après, la justice prononce un non lieu. L’affaire est pourtant loin d’être éclaircie.

Le 9 juin 2009 dans la soirée deux homme circulent en voiture à Argenteuil. Dans le boulevard Jeanne d’Arc la police procède à une interpellation. Le conducteur est interpellé pour conduite en état d’ivresse. Les agents demandent à l’autre passager Ali Ziri de descendre lui aussi. Les deux passagers sont conduits au poste, mais Ali Ziri meurt deux jours plus tard. C’est le début d’une affaire retentissante. La police met en avant la présence d’alcool dans le sang des deux hommes et les accuse de violence contre les agents. De son côté la famille reproche aux policiers un usage disproportionné de la violence, notamment l’usage de la technique du « pliage » utilisée pour plaquer en avant une personne interpellée pour la neutraliser. Résultat, le retraité meurt d’une crise cardiaque provoquée une suffocation. Dans son ordonnance le juge conclut qu’il n’existe aucun acte de violence volontaire pouvant expliquer le décès.

Le 16 octobre, Stéphane Maugendre l’avocat d’Ali Ziri a fait appel de la décision, d’après Le Parisien du 17 octobre il se dit prêt à aller s’il le faut devant la Cour européenne des droits de l’homme.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.