rezki.net

Accueil > Politique > Affaire Ameziane Mehenni, lettre ouverte de Ferhat à Jacques (...)

Affaire Ameziane Mehenni, lettre ouverte de Ferhat à Jacques Chirac

lundi 19 juin 2006, par Rezki Mammar

Deux ans après l’assassinat de Ameziane en plein Paris, le chanteur et porte parole autonomiste kabyle Ferhat Mehenni dénonce la lenteur de l’enquête et demande au chef de l’Etat français de faire la lumière sur ce qu’il considère comme un crime politique. Un rassemblement commémoratif a eu lieu le 18 juin sur le lieu de l’assassinat. Entre 120 et 150 personnes était présentes, parmi elles les chanteurs Yasmina, Oulahlou, des responsables d’associations et de médias kabyles et alternatifs.

11 heures, boulevats de Clichy, un rassemblement se forme, d’abord par petits groupes, puis massif et bruyant. L’endroit n’est pas difficile à trouver, surtout qu’en route nous croisons deux porteurs d’une gerbe de fleurs. Il y a tout juste deux ans, à cet endroit, Ameziane Mehenni a été assassiné à l’arme blanche dans la nuit du 18 au 19 juin. La presse française avait balayé l’affaire en quelques ligne dans les pages des faits divers. Sauf que la victime est le fils aîné du chanteur engagé Ferhat, fondateur du Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie. Deux ans ont passé et l’enquête n’a pas progressé : de nombreuses personnes présentes font le parallèle avec un autre assassinat politique, celui de l’opposant algérien (kabyle lui aussi) Ali Mécili, abattu le 7 avril 1987 boulevard Saint-Michel. A l’époque, la France avait même expulsé le suspect vers l’Algérie pour éviter d’avoir à gérer une enquête encombrante. C’est pour court-circuiter le raison d’Etat que Ferhat a décidé de s’adresser directement à Jacques Chirac. Une pétition accompagne la lettre ouverte, disponible sur le site du MAK. Sur place 117 personnes ont signé, ce qui donne une indiation a minima du nombre de participation au rassemblement.

Ferhat Mehenni

Hommage de Zahir et Yasmina

Porte voix à la main, Ferhat rappelle les menaces qu’il a reçue de l’Etat algérien, par exemple à l’poque où il avait lancé le boycott scolaire en Kabylie pour exiger l’enseignement en langue tamazight. « A la première marche à laquelle vous allez participer, nous vous descendront. Dans tous les cas, si nous n’y arrivons pas, n’oubliez pas qu’il y a vos enfants, sur lequels nous pouvons nous rabattre et qui constituent des cibles et des proies plus faciles ». Le chanteur et opposant a échappé à plusieurs tentatives d’assassinat. Les menaces ont également continué, notamment celles proférées à l’aéroport d’Alger quelques jours avant la mort d’Ameziane.
Le lettre ouverte dénonce un « assassinat politique », une « insulte au droit », un « affront à la France ».

Zahir Boukhelifa lit un texte sur Ameziane

Plusieurs intervenants ont rendu hommage à Ameziane : Zahir a lu un texte intitulé Ciao Bello (paru notamment sur Kabyles.com), Nora et Yasmina ont chanté. Plusieurs associations ont fait le déplacement : le Collectif amazigh de Bobigny, Taferka (Montreuil), Tamazgha (Paris). Dans la foule se trouvait également un reporter de la télévision alternative Zalea TV : il se trouvait à sa fenêtre, il a été intrigué par le rassemblement et a enregistré un reportage ausdio disponible sur le site Zalea.org.

Yasmina

Messages

  • Un internaute portant le pseudonyme " Alkapeca " a laissé un message et il n’a pas été validé. Rezki.net (comme les autres sites) publie les commentaires critiques, mais sans diffamation, ni insultes gratuite. Tanemmirt n-wen.

  • Il paraît que le Centre culturel algérien a envoyé un agent, c vrai ? Comment a-t-il été accueilli ?

  • eouachou afrokh ehamel avahrré ethé refdhen lmoussneé edezgane emekh akneé eghdezga ekheche ssezekh eouiyadh merra eferrneé tssine !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.