rezki.net

Accueil > Société > AFBA, une histoire d’amitié berbère, mais pas seulement

AFBA, une histoire d’amitié berbère, mais pas seulement

mercredi 21 septembre 2011, par Rezki Mammar

En juin dernier le nombre d’associations amazighes est passé de une à quatre dans la ville d’Argenteuil. Cela tient au fait que d’anciens membres d’une organisation liée à la Coordination des Berbères de France a décidé de prendre le large et de créer l’AFBA. Récit d’un accouchement dans la douleur.

Le 10 septembre dernier lors du Forum des associations organisé dans leur ville, les Argenteuillais ont découvert un nouveau sigle, l’AFB, qui signifie Amitié franco-berbère d’Argenteuil [La photo qui accompagne cet article est de Arezki Semache, elle appartient à l’AFBA.]. Cette jeune pousse du tissu associatif propose notamment des cours de kabyle et de danse ainsi qu’un atelier-mémoire destiné à faire connaître l’histoire peu connue de l’immigration nord africaine en France. Dans les prochaines semaines l’AFB participera à la commémoration du cinquantenaire des massacres du 17 octobre 1961 et prépare une première soirée pour le 28 octobre.

Côté projets, les organisateurs savent ce qu’ils veulent. Il faut dire que les fondateurs d’Amitié franco-berbère ont une expérience, ce sont pour la plupart des anciens membres de l’AMABVO l’Association Maison amazighe berbère du Val d’Oise, membre de la Coordination des Berbères de France (CBF). L’histoire qui suit ressemble à beaucoup d’autres, celle de militants en désaccord avec leurs dirigeants à propos du fonctionnement de leur association. Le premier reproche concerne la nature des activités, trop portées sur le folklore à leur goût. Le second point concerne l’argent généré par les concerts (les galas comme les appellent les Kabyles), selon les témoignages et d’après un document auquel nous avons eu accès les recettes engrangées depuis 2009 s’élèvent à plus de 100 000 euros. La même source précise qu’en janvier dernier l’AMABVO a versé 2 500 euros à Berbère Télévision pour faire la promotion du spectacle du chanteur Aït Menguellet. Cette découverte a provoqué des remous car la somme dépasse le montant de la subvention accordée par la ville à l’association (2 000 euros par an).

Un incident a alors provoqué un troisième sujet de désaccord lié à la composition du conseil d’administration. « J’ai demandé à consulter les statuts, pour comprendre le fonctionnement de l’association. On m’a refusé cela. Je suis donc allé les demander à directement à la sous-préfecture », raconte Mouloud, qui ajoute : « On a découvert qu’il y avait un "verrouillage et que les décisions étaient prises par les fondateurs et les personnes liées à la CBF ». L’article 9 des statuts prévoit effectivement un CA composé notamment pour moitié de fondateurs, de 25% de représentants de la CBF.

Le 26 juin, les opposants se sont réunis pour créer une association dénommée Amitié franco berbère d’Argenteuil dont ils ont déposé les statuts. Coup de théâtre, le lendemain deux autres associations ont vu le jour. L’AFBA constate que sur les trois associations la même personne occupe la fonction de trésorier des deux premières et qu’elle préside la troisième.

L’AFB revendique actuellement 80 adhérents dont une cinquantaine présents à sa création gardent un goût amer de leur expérience précédente et jurent de donner une autre image du monde associatif.

Messages

  • Vous etes lamentable dans vos propos , vous n avez honte de rien c est pour cela que vous etes rester dans le zero.Bravo les vrais kabyles !!!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.